• Regenize
  • Posts
  • 💶 Bientôt une nouvelle monnaie : MNBC et Euro Numérique

💶 Bientôt une nouvelle monnaie : MNBC et Euro Numérique

Edition #31 - Les MNBC pourrait être me futur de la monnaie, et elles inquiètent...

👉 C’est la 31ème édition de la newsletter envoyée toutes les 2 semaines à l’ensemble des membres gratuits + prémiums.

Je t’espère en forme et que tu profites du week-end prolongé 😎

Aujourd’hui on s’éclaire sur un sujet qui est un véritable enjeu pour le futur de nos monnaies (et donc de nos économies) : les MNBC (monnaie numérique de banque centrale) qui se positionnent comme une évolution de notre monnaie et une alternative aux cryptomonnaies.

Sauf qu’une MNBC n’est pas du tout une cryptomonnaie même si elles partagent la même technologie. Et les MNBC inquiètent en donnant encore plus de pouvoirs à nos institutions financières. Aujourd’hui, on s’éclaire sur ces nouvelles monnaies 💡

Mais aussi : une sélection d’actus éco et finance, les dernières feuilles volantes et quelques bouchées de contenus qui pourraient t’intéresser.

Si on t'a transféré cette édition et que tu souhaites t'inscrire :

⏱️ Temps de lecture : ~ 10 min

Au programme de cette édition :

🗞 S’informer - Une sélection d’actus en économie, finance et investissements

  • Faillite bancaire

  • La France prend un avertissement

  • Les SCPI en difficulté

  • Le Label ISR se refait une beauté

💡 S’éclairer - Du contenu pour s’éduquer et doper ta culture financière

  • Qu’est-ce qu’une MNBC : Monnaie Numérique de Banque Centrale

  • Pourquoi les MNBC inquiètent

  • La différence avec les cryptos

🍃 Feuilles Volantes - Les nouvelles feuilles volantes toutes fraîches

  • Le PER - Plan Épargne Retraite

  • La Tokenisation Immobilière

  • Le calcul de l’Impôt sur le Revenu

🚀 Ça pourrait t’intéresser - Des tendances, infos, outils, opportunités…

  • Encore plus ? Tu peux me retrouver chaque semaine en me suivant sur LinkedIn, Twitter ou Instagram.

  • Regenize Flash ⚡️ : Une nouvelle formation pour prendre en main tes finances toutes les 2 semaines. La formation en cours porte sur la construction de sa stratégie d’investissement. La prochaine formation (lancement le lundi 15/05) traitera de l’investissement en assurance vie.

    Pour découvrir et rejoindre la communauté Regenize Flash :

Dès ton inscription, tu as accès à toutes les formations et à l’espace communauté.

💀 Faillite de First Republic Bank

First Republic Bank, la 14e plus grande banque américaine, fait faillite.
En 2023, trois banques américaines ont déjà fait faillite, parmi les plus grandes faillites bancaires de l'histoire.

Pour éviter la panique et l’embrasement du système financier par un effet domino, les autorités américaines ont pris le contrôle de First Republic Bank le 1er mai. Puis, JPMorgan a racheté la majorité des actifs de la banque.

C’est maintenant les banques régionales US qui sont surveillées. Plusieurs banques américaines continuent de plonger en Bourse. La crise bancaire et de liquidité n’a pas dit son dernier mot aux US.

🇫🇷 La note de la France abaissée

L’agence de notation Fitch a abaissé la note de la France et c’est un avertissement.

C’est quoi ? Une agence de notation comme Fitch Ratings évalue la solvabilité et la capacité de remboursement d'une entreprise ou d’un Etat.

Ces évaluations sont appelées des "notations de crédit" et sont généralement représentées par des lettres telles que "AAA", "AA", "A", "BBB", etc.

Plus la notation est élevée (AAA), plus la solvabilité de l'entité évaluée est considérée comme bonne. En d'autres termes, les investisseurs sont plus susceptibles de prêter de l'argent à une entité avec une notation de crédit élevée, car elle est considérée comme moins risquée. Le taux d’intérêt sera donc moins élevé.
En revanche, une note qui se dégrade implique un taux d’intérêt plus élevé car prêter à l’entité (ici l’Etat Français) est considéré comme plus “risqué“.

Quel impact ? La dette de la France avoisine les 3000 milliards. Chaque année la France refinance une partie de sa dette (une partie arrive à échéance, elle doit donc réemprunter sur les marchés). Sauf qu’avec la hausse des taux depuis 2022 et maintenant la note qui se dégrade, la note risque d’être salée.
Le coût de la dette pourrait dépasser le budget de l’éducation nationale.
On ne parle pas de remboursement, simplement le coût lié aux intérêts…

🏢 Baisse possible de la valeur des parts de SCPI

La valeur du patrimoine immobilier des SCPI a diminué en 2022 et pourrait encore baisser en 2023. Selon l’ASPIM (Association Française des Sociétés de Placement Immobilier), la baisse moyenne de la valeur du patrimoine des SCPI en 2022 est de -1,54%.

Comment ça marche ? Le prix d’une part est librement fixé par la SCPI elle-même, dans une fourchette entre -10% et +10% par rapport à une valeur de reconstitution.
Chaque année, un expert immobilier indépendant valorise le patrimoine immobilier de la SCPI. La valeur de reconstitution tient compte de cette valeur d’expertise (la valeur vénale des biens immobiliers en portefeuille) auquel on ajoute les frais si l’investisseur devait reconstituer ce patrimoine (frais de notaire, commissions, etc.)

La tendance : la baisse du patrimoine des SCPI reste contenue en 2022 (-1.54%) mais les experts s’attendent à de nouvelles baisses en 2023.
La décision de baisser le prix de souscription dépendra de l'ampleur de la baisse des valeurs d'expertise, de l'écart entre les prix de souscription actuels et les valeurs de reconstitution révisées, et de la stratégie commerciale des gestionnaires.

En 2021, 82% des SCPI avaient un prix de souscription inférieur à leur valeur de reconstitution. Il reste un peu de marge.

🌱 Le Label ISR renforce ses critères

Le label ISR avait jusqu’à aujourd’hui plutôt mauvaise presse pour les aficionados de l’investissement responsable car il laissait la porte ouverte au greenwashing. La raison principale : l’absence d’exclusion sectorielle avec la possibilité de retrouver des entreprises pétrolières comme 1ère ligne d’un fonds ISR (c’est pas l’idée première qu’on se fait de l’investissement responsable).

Le label ISR fait donc peau neuve pour combler les "failles" de la version actuelle :

  • Les gérants s’assurent que les titres détenus en portefeuille ont une trajectoire alignée avec les accords de Paris et qu’ils la respectent.

  • Prise en compte de toutes les dimensions ESG : chaque critère (environnemental, social et de gouvernance) doit compter au minimum pour 20% dans la moyenne de la note ESG.

  • Exclusions environnementales : entreprises liées au charbon (>5% d'activité) et aux énergies fossiles non conventionnelles (sables bitumineux, gaz et pétrole de schistes).

La consultation des professionnels se tient jusqu'à fin mai, avec une publication possible dès la rentrée prochaine, et une application pour les nouveaux fonds dès 2024.

À part ça

  • 🇪🇺 Inflation en zone Euro : après 6 mois de baisse, l’inflation est repartie à la hausse (+7% sur un an en avril vs +6,9% en mars).

  • 🏦 L’administration fiscale va utiliser l’IA pour repérer les piscines non déclarées. Dès l’année prochaine, la DGFiP s’attaquera à l’ensemble des extensions de maisons non déclarées (vérandas, abris de jardin).

  • 🇦🇷 L'Argentine a annoncé que dorénavant elle réglera ses importations venues de Chine en yuan au lieu du dollar.

  • 🤖 ChatGPT fait une première victime en Bourse : la société d’aide aux devoirs Chegg dont le cours de l’action s’effondre.

  • 👨‍👩‍👧‍👦 453,2 millions : c’est le nombre d’habitants dans l’Union Européenne selon Eurostat

  • 🏠 Immobilier : le recul des prix à Paris atteint 5 % sur un an selon MeilleursAgents

Bientôt de nouvelles monnaies…

Si je te dis monnaie numérique, tu dois immédiatement faire le rapprochement avec les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum, etc.).
Mais il y a un autre type de monnaie numérique dont le nom est de plus en plus murmuré : les MNBC pour Monnaies Numériques de Banques Centrales.

Les MNBC (ou CBDC en anglais - Central Bank Digital Currency) sont émises et contrôlées par les banques centrales. Dans ce cas, chaque citoyen possède un compte directement à la banque centrale. La monnaie et les transactions sont alors sécurisées, traçables et régulées.

Il existe une différence fondamentale entre les MNBC et les cryptomonnaies comme Bitcoin : la centralisation et la régulation.
Les MNBC sont émises et contrôlées par une entité centrale (par exemple la BCE en Europe ou la FED aux US), tandis que les cryptomonnaies sont décentralisées et fonctionnent grâce à aux réseaux d'utilisateurs (sans censure possible).

Si tu entends parler d’euro numérique, sache que c’est le projet MNBC de la zone Euro et qu’il pourrait voir le jour plus vite qu’on ne l’imagine. Des tests sont déjà en cours.

💶 Au fait, comment ça marche la monnaie ?

Pour comprendre l’impact d’une MNBC sur l’avenir de notre argent, il faut déjà comprendre d’où vient notre monnaie aujourd’hui. La monnaie aujourd’hui est créée par la banque centrale et par les banques commerciales (mais celle qui chapeaute tout ça, c’est la banque centrale).
Il y a 2 types de monnaies en circulation :

  • La monnaie fiduciaire : ce sont les pièces et les billets qui sont directement émis et garanti par la banque centrale. C’est environ 10% de la monnaie en circulation.

  • La monnaie scripturale : elle n’existe que sous forme d'écriture comptable dans les registres bancaires. La majorité est créée par les banques commerciales lors de l’octroi de crédits (lorsque la banque t’octroie un crédit, elle crée de la monnaie scripturale et lorsque tu rembourses ton crédit, la monnaie est détruite). C’est 90% de la monnaie en circulation.

Il y a donc la monnaie dite de “banque centrale” et la monnaie de “banques commerciales”.

🏦 Fonctionnement d’une MNBC

Une MNBC est une monnaie numérique émise et régulée par la banque centrale d'un pays. Pour comprendre comment elle fonctionne, il est important de se rappeler que la banque centrale joue un rôle clé dans la gestion de la politique monétaire et la stabilité financière d’un pays ou d’une zone (comme l’Eurozone).

Alors, comment fonctionne une MNBC ?

  1. Émission et distribution : La banque centrale crée la MNBC et en contrôle l'offre. Elle peut distribuer la monnaie numérique directement aux citoyens, aux entreprises ou via des banques commerciales.

    Chaque unité de MNBC représente une créance sur la banque centrale, tout comme les billets et les pièces de monnaie traditionnels.

  2. Stockage : Les détenteurs de MNBC stockent leurs fonds dans des portefeuilles numériques. Ces portefeuilles peuvent être gérés par des banques commerciales, des prestataires de services de paiement ou directement par la banque centrale. Cela garantit la sécurité et la confidentialité des fonds, tout en permettant un accès facile pour les utilisateurs.

  3. Transactions : Les utilisateurs peuvent effectuer des transactions avec la MNBC de la même manière qu'ils le feraient avec de l'argent traditionnel. Ils peuvent envoyer et recevoir des paiements via leurs portefeuilles numériques, soit en ligne, soit en personne en utilisant des technologies sans contact.

    Les transactions sont enregistrées dans un registre numérique sécurisé qui est centralisé et contrôlé par la banque centrale (par opposition aux cryptomonnaies comme Bitcoin qui est décentralisé et partagé entre tous les nœuds du réseau).

  4. Traçabilité et régulation : La banque centrale peut surveiller les transactions en temps réel, ce qui lui permet d'avoir un meilleur contrôle sur la politique monétaire et de lutter contre la fraude, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Les MNBC donnent un pouvoir supplémentaire aux banques centrales, celui de pouvoir contrôler la monnaie et son utilisation.

Toute la monnaie en circulation est ainsi créée par la banque centrale. Le rôle des banques commerciales passe au second plan dans la création de monnaie. Elles continuent en revanche d’assurer des services bancaires.

👍 Les « Pour »

Toutes les banques centrales du monde entier s’intéressent activement aux MNBC. Pourquoi ?

  • Amélioration des systèmes de paiement : Les MNBC peuvent offrir des transactions plus rapides, moins coûteuses et plus efficaces que les systèmes de paiement traditionnels. Les paiements transfrontaliers, en particulier, pourraient être grandement facilités grâce aux MNBC.

  • Sécurité et traçabilité : Les MNBC sont sécurisées et régulées par les banques centrales, ce qui permet un meilleur contrôle sur la fraude, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. La traçabilité des transactions facilite également la supervision des activités financières.

  • Inclusion financière : Les MNBC pourraient faciliter l'accès aux services financiers pour les personnes non bancarisées ou sous-bancarisées, en leur offrant un moyen simple et peu coûteux de stocker et d'échanger de la valeur.

  • Contrôle de la politique monétaire : Les banques centrales peuvent suivre les transactions en temps réel et adapter rapidement leur politique monétaire en fonction des besoins économiques. Cela peut aider à maintenir la stabilité financière et à lutter contre l'inflation.

  • Réduction de la dépendance au cash : La disponibilité d'une MNBC peut réduire la dépendance au cash et favoriser l'adoption des paiements électroniques, ce qui peut réduire les coûts liés à la gestion des espèces et faciliter la lutte contre l'économie informelle (le “black”).

Mais s’il y a des « pour », c’est qu’il y a aussi des « contre ».

👎 Les « Contre »

Les MNBC soulèvent leur lot de préoccupations comme :

  • Vie privée et surveillance : La traçabilité des MNBC pourrait soulever des préoccupations en matière de vie privée pour les utilisateurs, car les transactions sont plus faciles à surveiller pour les autorités. Cela pourrait entraîner une surveillance accrue et potentiellement abusive des activités financières.

  • Impact sur les banques commerciales : L'introduction d'une MNBC pourrait potentiellement réduire le rôle des banques commerciales dans le système financier et affecter leur modèle économique. Cela pourrait entraîner une concurrence accrue et de nouvelles dynamiques sur le marché.

  • Centralisation du pouvoir : Une MNBC pourrait renforcer la centralisation du pouvoir économique et financier entre les mains des banques centrales. Cela pourrait entraîner des abus de pouvoir et des décisions politiques ou économiques qui ne sont pas nécessairement dans l'intérêt du public.

Une MNBC est une monnaie programmable : en offrant une traçabilité et un contrôle accrus sur les flux financiers, elle permet aux autorités de surveiller et de réguler les transactions plus étroitement que dans un système financier traditionnel. Voici quelques exemples du genre de contrôle qui serait possible de mettre en place :

  • Limites de transaction : Les autorités pourraient imposer des limites sur le montant des transactions ou sur la fréquence à laquelle un individu ou une entreprise peut effectuer des transactions en utilisant la MNBC. Cela pourrait aider à prévenir la fraude et le blanchiment d'argent.

  • Quotas d'achat : Des quotas pourraient être établis pour limiter la quantité de certains biens ou services qu'un individu ou une entreprise peut acheter en utilisant la MNBC. Cela pourrait être utilisé pour réguler la consommation de ressources limitées ou pour contrôler l'inflation.

  • Restrictions géographiques : Les autorités pourraient limiter l'utilisation de la MNBC à certaines régions ou pays, afin de contrôler les flux financiers transfrontaliers et de se conformer aux régulations internationales.

  • Contrôle des capitaux : Les MNBC pourraient faciliter le contrôle des mouvements de capitaux, en permettant aux autorités de suivre et de limiter les transferts d'argent vers et depuis l'étranger.

Les MNBC interrogent. Elles sont une réponse des Etats à l’adoption des cryptomonnaies et sont une évolution intéressante de la monnaie. Cependant, elles suscitent de vives inquiétudes concernant le contrôle et le pouvoir donné à quelques banquiers centraux (qui ne sont pas élus, rappelons-le 😇).

⚡️ MNBC vs Cryptos

La différence fondamentale : les MNBC sont émises et contrôlées par les banques centrales (ce qui signifie qu'elles sont centralisées) alors que les cryptos comme Bitcoin fonctionnent sur un réseau décentralisé, sans autorité centrale.

La décentralisation est souvent perçue comme un avantage pour les cryptomonnaies, car elle réduit le risque de manipulation et d'abus de pouvoir.

Mais ce ne sont pas les seules différences :

  • Politique monétaire : dans le cas d’une MNBC, la politique monétaire est régie par le Banque Centrale. Elle peut donc créer de la monnaie à volonté (c’est déjà le cas dans notre système d’aujourd’hui avec le concours des banques commerciales). Si on prend l’exemple de Bitcoin, l’offre de monnaie (la supply) est limitée : il y en aura 21 millions, et pas un de plus.

  • Usage : une MNBC serait utilisée essentiellement pour payer. Les cryptos peuvent également être utilisés pour payer mais aussi pour spéculer, investir, placer, etc.

  • Régulation : la réglementation sur les cryptos est en cours de construction. L’écosystème cryptos s’est développé à grande vitesse et sans réglementation particulière, laissant la place à de nombreux raté (des faillites comme FTX, tu te souviens ?). Les MNBC seraient de fait approuvés.

  • Contrôle : une MNBC donne les pleins pouvoirs (techniques) à la banque centrale. Les cryptos (comme Bitcoin, car toutes ne se ressemblent pas) ne peuvent pas être contrôlés ou censurés par aucune entité centrale.

🇪🇺 Bientôt un Euro numérique ?

L'idée est de créer une version numérique de l'euro, qui pourrait être utilisée pour des transactions quotidiennes par les particuliers et les entreprises. Cette monnaie serait émise et gérée par la BCE, ce qui permettrait à la banque centrale d'avoir un meilleur contrôle sur la circulation de l'argent dans la zone euro.

Le projet Euro Numérique est considéré comme une réponse à l'essor des cryptomonnaies telles que Bitcoin, qui sont de plus en plus utilisées et adoptés par la population (plus de 10% des Français possèdent des cryptomonnaies). La BCE estime qu'une MNBC pourrait offrir une alternative plus sûre et plus stable aux cryptomonnaies existantes, tout en préservant la souveraineté monétaire de la zone euro.
Ce n’est pas l’avis des cryptofans qui voient plutôt plus de pouvoir pour la banque centrale, et moins de liberté pour les citoyens. (et c’est un vrai sujet).

On récap…

La feuille volante qu’il ne fallait pas manquer : le PER - Plan Epargne Retraite

  • C’est un produit d’épargne dédié et bloqué jusqu’à la retraite

  • Un contrat multisupport (comme une assurance vie) avec un fonds en euros, des unités de compte, une gestion pilotée (gestion libre possible), etc.

  • Des cas de déblocage anticipé (c’est le cas de l’achat de sa résidence principale).

  • Un avantage fiscal mais un effet tunnel : les versements sont déductibles du revenu imposable (donc baisse d’impôt à l’entrée) et l’impôt est rattrapé à la sortie.

  • [Sponsor ❤️] Linxea : un des meilleurs PER du marché selon moi avec des frais bas (0.5% par an de frais de gestion), de nombreux supports (trackers / ETFs, fonds immobilier, fonds traditionnels, etc.), une gestion pilotée, etc.

Et aussi de nouvelles feuilles volantes sur la tokenisation immobilière et une réédition du calcul de l’impôt sur le revenu.

  • 🤖 L'IA pas meilleure que des humains dans la gestion financière (pour l’instant 😅). Selon un article du Financial Times, les trackers / ETF qui utilisent l’IA (machine learning) pour sélectionner des actions ne surperforment pas systématiquement les ETF managés par des humains.

  • [Sponsor ❤️] Finary : un outil que j’utilise pour suivre son patrimoine (tu peux synchroniser tous tes comptes : banques, néobanques, assureur, cryptos, etc.) et plusieurs insights sur ton patrimoine. Une fonctionnalité qui me paraît intéressante la première fois qu’on synchronise ses comptes : l’audit des frais sur tes supports de placements. Et ça peut surprendre 😅

  • 🏠 Location meublée : Depuis le 1er janvier 2023, les personnes qui se lancent dans la location meublée non professionnelle (LMNP) doivent obligatoirement déclarer leur début d’activité via un guichet unique. Je te le dis, juste au cas où…

  • 💨 Le ChatGPT français a levé 100 millions € : il s’appelle Mistral AI et a été Fondée par trois chercheurs français passés par DeepMind, Meta, Google. Sa valorisation dépasserait les 240 millions, alors même que l’entreprise n’a encore rien lancé. L’IA est la tendance du moment.

Comment as-tu trouvé cette édition ?

Ton retour m'aide à affiner le contenu 🙏

Login or Subscribe to participate in polls.

Si tu as des questions ou si tu souhaites simplement m’envoyer un message, réponds à ce mail ou envoie à [email protected].

Je te dis à très vite.
Guillaume
Made with love ❤️

Join the conversation

or to participate.